Dans les statistiques du blog - un grand merci au passage à toutes celles et tous ceux qui me soutiennent, qui viennent voir mes nouveautés, qui profitent des liens à droite à gauche (tous les chemins mèneraient-ils chez moi?), aux amis, aux internautes de passage, aux anonymes... - j'ai remarqué plusieurs fois la provenance "Débuter la calligraphie". Traduction : des recherches ont été effectuées sur un moteur de recherche (Google ou autre) avec pour objet de recherche "Débuter la calligraphie", et quelques-unes de ces recherches ont abouti chez moi. Bien flattée de cet intérêt, je me plie à la demande : je vais tenter d'expliquer comment on peut débuter la calligraphie.

    Un peu de matériel d'abord : il faut un porte-plume, une plume, de l'encre et du papier.

  • LE PORTE-PLUME : Un porte-plume est une tige (en bois, en métal, en verre, en plastique... il existe beaucoup de modèles différents avec lesquelles on peut bien s'amuser) avec une croix en métal au bout le plus large, dans laquelle on insère une plume. Des marques comme Sergent-Major se débrouillent très bien pour en fournir des jolis! Cette plume, accompagnée de son réservoir, forme une "poche" qu'on trempe dans l'encre pour écrire ou dessiner.

Plume_et_porte_plume

  • LA PLUME : c'est un morceau de métal ou d'autre matière, taillé en bec, dont la forme permet de retenir une petite réserve d'encre par capillarité et qui, adapté à un porte-plume, sert à écrire ou à dessiner. Là aussi, Sergent-Major fait des plumes fines, mais on trouve des plumes de toutes les tailles en magasin spécialisé. L'image ci-dessous donne un bon aperçu des différentes plumes qu'on peut trouver. Ressemblant au bout d'une plume d'oiseau (qui a bien entendu servi originalement de modèle), la plume métallique peut être taillée très finement au bout, formant ainsi une pointe qui permet de faire des écritures fines ou du dessin, mais elle peut également être coupée dans le sens de la largeur, laissant donc un bout aplati à la plume, qui selon sa taille permet de varier la largeur de l'écriture. Ces plumes sont généralement numérotées - 00, 0, 0.5, 1 ... et ainsi de suite. En toute logique, le numéro le plus bas correspond à la plume la plus large, et plus le chiffre augmente, plus la plume rétrécit.


    Plumes_m_talliques


    Les plumes sont également spécialisées selon le type d'écriture qu'on souhaite pratiquer : l'écriture Gothique n'utilisera pas les mêmes plumes que l'écriture Ronde, l'écriture Chancelière n'utilisera pas les mêmes plumes que l'écriture Anglaise. Sur certaines plumes, un réservoir est déjà intégré ; sur d'autres plumes, il faut ajouter un petit réservoir sous la plume, mais ça, c'est laissé à l'appréciation de chacun. Il faut de toute façon acheter plusieurs plumes, ce qui laisse le temps de tester chaque variation et de choisir soi-même ce que l'on préfère. Pour un débutant, je conseillerais des plumes de type Gothique ou Chancelière (souvent la même chose), dont une plume fine à pointe (style Sergent-Major) et une plume de taille 2 ou 2.5, ce qui permet de faire de beaux pleins et déliés. C'est ce dont je me sers le plus souvent, après quinze ans de métier.


    Plumes_m_talliques_sp_cialis_es

    La plume n'est pas nécessairement métallique : on peut bien entendu utiliser de simples plumes d'oie, coupées droites, en pointe ou en biseau. Mais attention : bien que ces plumes-là soient très agréables à utiliser, l'aile de laquelle est issue la plume a son importance. Pour un droitier, il faut nécessairement une plume de l'aile gauche de l'oie ; pour un gaucher, une plume de l'aile droite. Ceci parce que la plume d'oie est courbée : si l'aile est la même que la main utilisée, la courbe de la plume retombera sur le bras du calligraphe et l'entravera dans son écriture. Si l'aile est opposée, la plume sera courbée dans l'autre sens (dans le vide) et ne gênera nullement l'écrivain. Pour la solidité et la durabilité, certaines plumes d'oie vendues en magasin spécialisé comportent un embout et une pointe en métal.


    Au passage, une plume à bout métallique (plume d'oie ou porte-plume) se nettoie avec de l'eau déminéralisée (utilisée pour les moteurs de voiture et les fers à repasser), car les minéraux de l'eau du robinet tendent à attaquer le métal de la plume, et celle-ci durera donc moins longtemps que si elle est bien entretenue. Il faut nettoyer la plume entre deux encres (surtout si celles-ci sont de couleur différente), et à la fin de chaque "séance" de calligraphie : ayez toujours un pot d'eau et de l'essuie-tout à proximité lorsque vous travaillez, car il ne faut pas laisser une plume mouillée - c'est pire que la vaisselle, il faut vraiment la laver et l'essuyer rapidement si on veut la garder longtemps.

Plume_d_oie

Plume_d_oie___bout_m_tallique


  • L'ENCRE : encre de Chine, encre indienne, encre française? La meilleure encre que j'aie trouvé est l'encre de marque Waterman : légère et fluide, elle coule sans difficulté dans la plume. Idéalement, l'encre pour calligraphie est délébile, ce qui la rend plus légère : une encre indélébile aura tendance à boucher la plume, et il faudra bien nettoyer la plume après usage.

    Waterman_nouvelle

  • LE PAPIER : il existe du joli papier à calligraphie de toutes les couleurs, mais ce n'est pas toujours l'idéal pour commencer. J'avoue que je ne suis pas du meilleur conseil là-dessus, mes choix de papier étant légèrement contestés par certains calligraphes professionnels, mais comme les plumes, le choix du papier est à l'appréciation de chacun. Pour débuter, je conseillerais un papier léger, de manière à voir un guide à travers (histoire d'écrire droit!) : un papier de 70g ou 80g au mètre carré (g/m² sur l'emballage du papier). Dans un premier temps, si l'on se contente de l'écriture même (sans rajouter de dessins particuliers ou d'enluminures), un papier d'imprimante correct fait très bien l'affaire. C'est cependant un peu léger si on veut décorer abondamment la feuille : dans ce cas-là, il vaut mieux prendre du papier à grammage plus élevé.

  • LE GUIDE : certains calligraphes s'en servent, d'autres non, tout dépend! C'est simplement une feuille couverte de traits noirs. Cette feuille, placée sous la feuille d'écriture, permet d'être sûr d'écrire droit. C'est pour cette raison-là qu'il faut un papier léger pour commencer (car on voit bien le guide à travers), mais une table lumineuse (boîte éclairée de l'intérieur avec un dessus en verre ou en plastique) se révèle très utile pour voir le guide à travers des papiers plus lourds. Il existe diverses techniques pour apprendre à se passer du guide, mais leur utilisation dépend des travaux qu'on souhaite réaliser (à chacun d'évaluer l'utilité du guide - personnellement je conserve le guide et je ne prends pas le risque de dévier mon écriture, mais si quelqu'un connaît une technique facile pour apprendre à se passer du guide, je suis preneuse!).
    Pour réaliser un guide : dans Word ou équivalent, formez des traits en appuyant de façon continue sur la touche 8 (ce qui soulignera donc du blanc, et fera un trait). La taille de texte 12 convient très bien, police Times New Roman ou Calibri Corps (ou équivalent). Etablissez l'interligne à 1.5 et passez les traits en "Gras". Enfin, notez dans l'en-tête de la feuille la police, la taille et l'interligne que vous avez utilisés : un guide se salit assez vite, et ça vous permettra de retrouver ce que vous avez réalisé pour pouvoir le refaire.

Guide_scann_