Pierre
                
             

Un caillou décentré dans un lac de poissons bleus, je vous présente Pierre, blanc sur noir, blanc sur bleu, bleu sur bleu si vous regardez bien. Il se détache tel un oisillon sur un ciel marbré aux couleurs de tempête... je sais, la poésie n'a jamais été mon fort, mais calligraphier les mots des autres a ses limites, donc comme tout musicien finit par se mettre à la composition, tout calligraphe finit par se coller à la poésie ou à l'écriture, même parfois à contre-coeur. Mais ici, ce serait davantage du contre-courant, car la rivière essaie d'emporter le caillou qui frémit sur le rivage, et la demoiselle blonde aux longs cheveux qui se mêlent dans le vent tente de le rattraper avant qu'il ne tombe. Parce que la pierre est pour elle le symbole d'un amoureux, d'un amour tendre, et s'il tombe, son amoureux aussi tombera, s'envolera peut-être, ou coulera de manière irréversible au fond du lac. Alors elle se jette, pour tenter de le rattraper alors qu'il est encore sur le bord. Elle le touche avec le bout de son doigt, mais l'impulsion supplémetaire qu'elle confère à la pierre aura suffi pour faire tomber celle-ci... Elle plonge sa main dans l'eau, elle tente de ramener la pierre, et elle l'attrape, mais, mouillée, la pierre lui glisse des mains, elle ne peut pas la tenir. Et son amoureux est perdu... elle, éperdue.