Calligraphe_XVII_me_si_cle

"L'apparition de l'imprimerie vers 1450 ne fit pas tarir la demande de documents manuscrits et l'art du bien écrire conserva toute son importance. Dans l'Europe entière, les maîtres calligraphes se mirent à produire des traités en détaillant les différents types et styles, qui forment la base des calligraphies que nous employons aujourd'hui encore.


Bien__crire___moderne
La version moderne du traité du bien écrire

"L'apparition de l'imprimerie modifia le rôle du copiste. Un grand nombre de personnes désirant apprendre à lire et écrire, l'art de l'écriture commença à faire l'objet d'un enseignement. Il se répandit principalement par le biais de traités d'écriture, que compilèrent des copistes professionnels. Ils y consignaient des informations sur la manière dont on construit les lettres, sur les instruments nécessaires et les encres et papiers en usage.

Imprimerie_au_temps_de_Gutenberg
L'imprimerie au temps de Gutenberg


"Vers 1560, les imprimeurs commencèrent à se servir de plaques de cuivre gravé. Cette technique rendit possible l'insertion dans les manuels d'écriture d'une calligraphie plus fine et plus déliée. Elle permit en fait d'imiter même les traits de plume les plus délicats des calligraphes confirmés. Pour produire des livres selon cette méthode, dessins et lettres furent d'abord tracés à la plume par le maître calligraphe, puis reportés et gravés sur le cuivre. Certains de ces professionnels estimaient toutefois que, bien que l'antique méthode de la xylogravure sur bloc fût plus grossière, celle de la gravure sur cuivre rendait les lettres artificielles et sans grand rapport avec la distribution originelle des traits de leur plume. Ceux qui désiraient apprendre l'art de l'écriture en se guidant sur les manuels imprimés par gravure sur cuivre devaient employer une plume pointue, pour reproduire l'extrême finesse des traits des lettres. Vers la fin du XVIème siècle en Angleterre, de nombreux maîtres calligraphes travaillaient à la publication de leurs propres traités.


Presse_pour_gravure__cuivre__zinc__acier___eau_forte__aquatinte__burin__etc
Presse pour gravure


"En 1590, l'un des plus influents, Peter Bales, mit en circulation Le Maître d'écriture, son ouvrage le plus célèbre. La publication de manuels de calligraphie se poursuivit jusqu'au XVIIème siècle. Edward Cocker, graveur, poète et calligraphe (1631 - 1676), est ainsi l'auteur de plus de vingt traités. En 1663, Richard Daniel proposa son Florilège de nombreuses écritures de divers pays, tandis que William Raven produisit en 1678 une Copie exacte des écritures de cour. la plupart des écritures en vogue au XVIIème siècle sont extrêmement ornées mais, à la moitié du siècle suivant, un style moins élaboré vit le jour. Ainsi, entre 1733 et 1741, l'un des plus importants calligraphes, George Bickham, publia Le Calligraphe universel, dans lequel il encourageait ses disciples à créer une écriture pratique et sobre. Il proposa de très nombreux exemples de styles d'écriture en soulignant l'importance de la pratique et de la maîtrise de l'art de la calligraphie dans l'obtention de résultats satisfaisants. Ses divers styles d'écriture se retrouvent en abondance dans les manuscrits de l'époque, en particulier dans les documents d'affaires."

L__loge_de_la_Folie_d_Erasme
Illustration pour L'Eloge de la Folie d'Erasme

Source : Hachette Collections, "L'Art de la Calligraphie"

Trait_s_du_bien__crire_ITrait_s_du_bien__crire_II